Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

Du 16 au 21 août 21, avec Christophe nous participons aux 1001Miglia. C'est une randonnée longue distance qui a lieu tous les 4 ans en Italie, l'année suivant Paris Brest Paris. Cette édition devait avoir lieu en 2020 mais annulée et repoussée en 2021 cause COVID.

 

Après le Paris Brest Paris 2019 à laquelle nous avons participé tous les 2, qui s'était bien passé et ayant moi-même fait la 1001Miglia en 2016, je proposais à Christophe de faire la 1001Migia en 2020: 1600 km et 17 000m d+ à faire en 136h. Au dernier moment , Rémy, un ancien du club, qui avait déjà fait cette épreuve, nous proposa de faire l’assistance en voiture. Cela nous permettait de soulager le vélo avec un bagage en main, d’amener plus de matériel de rechange et de quoi dormir confortablement sur des matelas pneumatiques.

 

Pour cette année c’étaient 365 participants qui étaient inscrits , dont 143 Italiens, 63 Allemands et 14 français, seulement 18 non européens avec 6 Américains, 7 Brésiliens et 5 Canadiens. 1200 participants étaient préinscrits pour 2020. Le départ et l'arivée sont à Parabiago, au nord de Milan

 Je retrouve sur place Benoît, un Brestois avec qui j’avais roulé il y a 5 ans et qui roule cette année avec 3 autres collègues, en partant 1/2h avant nous .

Les départs se font toutes les 5 mn , par petits groupes. Après un contrôle des vélos, nous partons tous les 2 à 17h30 pour une étape de 112 km. Après 25/30 km ou nous doublons quelques concurrents esseulés , nous revenons sur un groupe d’une petite dizaine . Quelques dizaines de kms, après une accélération un groupe de 6 se forme, roulant à allure soutenue, mais pas très régulière. L’étape se termine par une bosse de 10 km qui nous amène au mausolée de Fausto Coppi , de nuit

N’ayant pas de ravitaillement solide à cet endroit, Rémy nous prépare quelques pâtes.

Nous enchaînons par les 2ème et 3ème étape sans difficultés (53 et 92 km). Je commence à avoir une douleur sous la fesse gauche , ce qui m’oblige  à corriger ma position sur le vélo, plus allongé sur le plat. A Gorfigliano, après nous avoir restauré, nous  décidons de dormir 2 bonnes heures. Nous repartons de jour vers 7h , mais sans avoir beaucoup dormi, l’endroit étant bruyant. La 4ème étape est la plus difficile , avec 105 km et 2365 d+. Après 20 km, nous prenons le petit dèj. dans un bar à Chiesa Nuova, non loin de la mer. L’étape suivante se fait une bonne partie de nuit , je fais une chute sans gravité en attaquant la descente du col, étant surpris par un virage et bloquant ma roue arrière.

  

Arrivés à Pondera , 470 km après le départ, un repos de quelques heures s’impose. Les 2 prochaines étapes ( 6 et 7), sont des étapes « montagnes russes », ce qui plaît bien à Christophe. Sur l’étape 7 , avec la chaleur , nous cherchons et trouvons avec difficulté un endroit calme pour faire une bonne sieste , pendant la chaleur de l’apm que Christophe redoute.

    SAN GIMIGNANO

PITIGLIANO

Nous enchaînons par l’étape 8 avec repos la nuit à Bolsena. Nouveau départ le matin de nuit pour les étapes 9 ,10 et 11. Dans un col, nous suivons 2 participants ( Italiens ?= Christophe ne reconnaît pas la lange qui semble très proche de l’Italien et moi je ne connais pas l'italien) qui ne cessent de parler toute la montée. Après avoir passé la nuit à Scarperia, nous repartons de jour pour la dernière bosse, arrivés en haut, nous apprécions  un bon petit déjeuner bien mérité.

Le dernier col

  

  

 Il nous reste 450 km de plat jusque l’arrivée. Passage près du circuit d’Imola

       Nous roulons toute la nuit qui suit . Ma douleur sous la fesse gauche ne s’arrange pas , et des parties de routes complètement défoncées, m’oblige à rester souvent en danseuse.

Dans la nuit , le long du Pô, ou on ne cesse de monter et descendre sur la digue, j’ai du mal à suivre Christophe qui s’inquiète et à ma surprise me demande si je vais terminer. Après un ravito, je reprends des forces et m’accroche à Christophe jusqu’au matin , ou après un bon déjeuner, nous dormons.

Rémy nous prépare du riz pour attaquer la dernière journée de plat, avec longue pause l’apm à Fombio ( je n’arrive pas à dormir, je n’aurai pas dû prendre le café).

Lors de la dernière étape, après avoir mangé dans un bar ou nous voyons passer 5 cyclos dont un vélo couché , après 4 km , nous croisons ces mêmes cyclos qui avaient retourné pour aller à un contrôle surprise. Nous les suivons et cela nous amène au bar ou nous venions de nous arrêter ???? ( les organisateurs n'ont même pas vérifié à l'arrivée le passage à ce soit-disant contrôle surprise). Après avoir fait tamponner la feuille de route, nous repartons seuls. Les derniers 40 kms , de nuit , sont difficiles pour moi. A force de rouler en position couchée, mains en bas du cintre, à cause de ma douleur, une autre douleur se déclenche en haut de la fesse droite . Du coup, je suis obligé de rester en danseuse quasi en permanence, ce qui provoque à la fin une douleur dans le dos . Nous arrivons à Parabiago samedi à 23h30, en 126h. L’objectif de terminer tous les 2 ensemble dans les délais est atteint. Ce ne fut pas évident à 2, car nous n'avons pas les mêmes qualités, Christophe aime rouler plus rapidement, mais fait plus de pauses et plus longues, alors que je préfère rouler moins vite , mais en m'arrêtant moins souvent et moins longtemps. Individuellement, nous aurions chacun mis un meilleur temps , mais cela aurait plus monotone.

Christian

.

Joomla templates by a4joomla